Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains – 30 juillet

Aujourd’hui, 30 juillet 2019, est la Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains. Selon les Nations Unies (ONU), la traite d’êtres humains est « l’exploitation criminelle de femmes, d’hommes et d’enfants à des fins diverses, dont le travail forcé et l’exploitation sexuelle. » L’Office de l’ONU contre la drogue et le crime (UNODC) a recueilli des informations sur environ 225 000 victimes de la traite d’êtres humains dans le monde depuis 2003. La traite des personnes représente l’un des aspects les plus critiques de la migration générant des violences à l’encontre des migrants dans le monde. En cette journée mondiale, EVAM souhaite réaffirmer sa détermination à mobiliser tous les acteurs et législateurs concernés à combattre toute violence à l’encontre les migrants, y compris la traite des personnes. La traite est une violation flagrante du droit international des droits humains et place les personnes vulnérables au centre de réseaux criminels. La communauté internationale devrait protéger les victimes de la traite d’êtres humains contre les violations de leurs droits fondamentaux.

A la lumière du Prix Nobel de la Paix de 2018, décerné à Nadia Murad, une jeune femme Yazidi qui a survécu à la traite d’êtres humains perpétrée par des terroristes membres d’ISIL et qui a raconté son histoire, EVAM estime qu’il est impératif de concentrer ses efforts sur la lutte contre la violence envers les migrants, notamment les femmes et les enfants.

Selon l’UNODC, les trafiquants ciblent principalement les femmes et les filles qui sont les victimes majoritaires de la traite à des fins d’exploitation sexuelle.

« Alors que nous saluons les efforts déployés à l’échelle mondiale pour réduire et criminaliser la traite des personnes, nous nous concentrons sur les aspects les plus violents de la migration, tels que la traite d’êtres humains, qui mettent en danger les communautés vulnérables, et cela figure en tête de nos priorités « , a déclaré Edouard Rodier, président d’EVAM.

Comme indiqué dans le Rapport mondial de l’UNODC sur la traite des personnes de 2018, plus le nombre de victimes de la traite des personnes est important et plus le nombre de trafiquants augmente dans le monde. En recueillant des données et en identifiant les tendances de la violence à l’encontre des migrants dans le monde, l’approche pragmatique d’EVAM vise à sensibiliser l’opinion sur la lutte contre la violence à l’encontre des migrants dans le monde. Les données et les informations recueillies peuvent avoir un grand impact non seulement sur les législateurs mais aussi sur les différents acteurs impliqués dans cette violence.